30 septembre 2007

Log 19. Un ciel vanille

Pensée du jour : "Chacun répond un jour de ses actes"
Fond musical : The Killers - Mr. Brightside

finalpeintureDans un monde comme le nôtre, qui engendre lui même ses propres Patrcik Bateman (American Psycho) ou Octave (99F), la seule chose qui peut sauver notre humanité semble être l'amour, le vrai, l'authentique, le non formaté. C'est du moins le message que semble vouloir faire passer le film de Jan Kounen, adapté du roman de Beigbeder. La volonté de pondre une nouvelle critique de la société à travers un film tel que celui ci est plutôt louable, mais c'est raté. Déjà vu.

Là où Bret Easton Ellis nous offrait un coup de poing dans la figure avec un roman dont chacun tire ses propres enseignements, ici vous avez droit à cette formidable morale de fin sur le budget annuel consacré à la pub, budget qui pourrait stopper la fin dans le monde. Et alors, quel est le but recherché ? Vous croyez que les gens vont sortir du ciné en voulant sauver le monde ? Ils vont  brutalement arrêter d'acheter leur yahourt préféré ? Trop prétentieux tout ça, pas assez subtil. Un bon conseil, même si ce n'est pas mon genre de dire aux autres ce qu'ils ont à faire, lisez plutôt "Glamorama".

Moi non plus je n'aime pas la société de consommation dans laquelle nous vivons, mais je ne serais pas plus heureux dans la jungle. Tout ça m'est bien égal, le décor autour de moi, la nourriture que je mange ... Tout ce que je demande, c'est qu'on me réveille de toute cette futilité. Il paraît que chacun porte en lui les clés de son salut ou de sa damnation. Personnellement, j'ai déjà laissé tomber tout ce qui avait vraiment de la valeur il y a longtemps.

Depuis, je me rêve une nouvelle vie pleine de nouveaux amis, de nouveaux amours, de nouvelles possessions matérielles (ok, deux de ces trois éléments existent vraiment). Je sais que des gens tiennent à moi, mais ils ne se rendent pas compte que je suis lentement en train de partir. Peut être est-ce cela, la réelle damnation ? Pourtant, même si c'est hypocrite de ma part, je trouve toujours quelque chose à quoi me raccrocher, quelque chose qui vaut le coup. Ces temps ci, quelqu'un attire ma curiosité. L'absurdité universelle, omniprésente, totalitaire, sera toujours là Beigbeder, c'est désormais un acquis. On y changera rien et moi, ça ne m'empêche pas de dormir. Bientôt, je sais que ça ne m'atteindra plus. Soit je me serai laissé aller au néant, soit j'aurai été réveillé.

Je me rends compte à quel point tout ce récit peut paraître sombre. Pourtant ma vie n'est pas dénuée de saveur, loin de là. Simplement je crois qu'en tant qu'inadapté, mon psychisme fait régulièrement le plein de "ras le bol". Dans ces moments là, je n'ai plus envie de rien, simplement de devenir une coquille vide. Verser ici le surplus me permet de profiter des rares et précieuses choses à vivre, là dehors, dans la vie réelle.

"Et ce putain de monde peut bien cramer
Et les drogues peuvent bien me faire planer
Jamais je ne creverai sans toi
Jamais je ne creverai sans toi"
Damien Saez,
Amandine

Fin de transmission.

Posté par V A A N à 14:15 - Commentaires [2] - Permalien [#]


Commentaires sur Log 19. Un ciel vanille

    "Faudrait que je calme un peu les bars
    Faudrait que je speed un peu moins aux novocaïnes
    C'est pas que je sois vraiment fétard
    c'est juste qu'il me manque mon héroïne"

    Jolie référence musicale ^^.
    Quand au post, ça sonne toujours autant familier à mes petites oreilles ... J'ai l'impression que ta révolte à toi, c'est de te détacher, tandis que moi, c'est de me mettre en colère aprés toutes ses conneries qui nous servent de vie, et qui ne valent pas le coup.

    "But don't you change one hair for me
    Not if you care for me
    Stay little Valentine stay
    Each day is Valentine's day"
    My little Valentine - Damien Saez.

    Posté par Naryomed, 03 octobre 2007 à 10:22 | | Répondre
  • Je suis content de ne pas être le seul à parfois trouver tout ça insoutenable et insensé.
    Grâce à ce blog, j'ai pu rencontrer quelques personnes qui comprennent vraiment ou se rapprochent de ma façon de penser.
    Une sorte de communauté (le cercle des poêtes disparus ?lol) et ça me touche, donc merci.

    Posté par Vaan, 03 octobre 2007 à 21:25 | | Répondre
Nouveau commentaire